Les bénéfices de l'investissement dans les infrastructures de marché intermédiaire

Regardez le webinaire sur l'investissement dans les infrastructures de marché intermédiaire avec Alina Osorio, présidente de Fiera Infrastructure.

 

Les infrastructures représentent les systèmes physiques de base nécessaires à l’activité économique et sociale d’une nation, et relèvent traditionnellement de la responsabilité des gouvernements. Les actifs d’infrastructure sont habituellement des actifs physiques, durables et de grande importance dont l’exploitation se déroule sur une longue période de temps. Ils présentent plusieurs caractéristiques de placement, telles que de grandes barrières à l’entrée, une nature défensive, des marges élevées et des flux de trésorerie stables. Au cours des dernières décennies, la catégorie des actifs d’infrastructure n’a cessé d’évoluer. Elle a vu le jour dans les années 1980 avec les programmes de privatisation des gouvernements du Royaume-Uni et de l’Australie, menant ainsi à son développement en tant que catégorie d’actif à part entière.

À ce titre, les infrastructures ont affiché une volatilité inférieure à celle des actions, ainsi que des rendements totaux supérieurs aux obligations, en plus de fournir une protection contre l’inflation. En outre, les actifs d’infrastructure présentent une faible corrélation avec les catégories d’actif traditionnelles et les cycles économiques.

Le sous-investissement dans le secteur de l’infrastructure constitue un enjeu important pour les pays développés et en développement, puisqu’il nuit à la croissance économique, à la productivité, au développement de la société et au niveau de vie. Étant donné l’écart entre les dépenses requises et les investissements réalisés dans les infrastructures à l’échelle mondiale, il existe d’excellentes occasions de placement pour les investisseurs qui souhaitent miser sur l’augmentation des dépenses en infrastructure à terme. D’ailleurs, le secteur de l’infrastructure figure parmi les secteurs les plus populaires dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), mais ce secteur économique demeure l’un des plus sous-financés, d’où son excellent potentiel.

Fiera Infrastructure met l’accent sur le marché intermédiaire, qui regroupe les projets nécessitant des investissements en capitaux propres de moins de 200 millions de dollars. Par rapport au marché des infrastructures de grande capitalisation, le marché intermédiaire se démarque par l’offre relativement élevée de transactions et la concurrence moins importante pour celles-ci, ce qui lui a permis de dégager de meilleurs rendements par le passé. Selon nous, cette dynamique de l’offre et de la demande se maintiendra, et le marché secondaire des infrastructures offrira une meilleure valeur et des rendements supérieurs.

Fiera Infrastructure est d’avis que l’infrastructure devrait être considérée comme une catégorie d’actif mondiale à part entière. En effet, la sélection judicieuse des actifs, la construction et la diversification sont des éléments qui peuvent réduire les risques d’un portefeuille. Parallèlement, la gestion active de chaque projet d’infrastructure est d’une importance capitale si l’on souhaite optimiser les rendements à long terme. La pression est de plus en plus forte sur les gestionnaires de placement pour qu’ils dénichent et sélectionnent des placements en infrastructure de qualité, puisque l’intérêt des investisseurs de détail et institutionnels envers cette catégorie d’actif ne cesse d’augmenter. Comme nous le présenterons plus en détail dans ce rapport, Fiera Infrastructure a défini des paramètres précis qui sont, à son avis, requis pour connaître le succès dans ce segment.