Perspectives de placement

Les investisseurs ont fait preuve d’optimisme au cours du dernier mois de l’année, encouragés par la diminution des deux risques politiques qui avaient sapé leur moral plus tôt. Ils se sont aussi réjouis des signes réconfortants de stabilisation de l’économie mondiale. Il faut souligner que les États-Unis et la Chine se sont entendus sur les modalités de la première phase » d’un accord commercial, tout en convenant de ne pas appliquer de nouveaux tarifs à l’importation et de réduire modestement certains tarifs existants. De l’autre côté de l’Atlantique, la probabilité d’un Brexit sans entente a diminué lorsque le Premier ministre Boris Johnson et son Parti conservateur ont obtenu une large majorité aux élections générales, pavant ainsi la voie à une sortie ordonnée de l’Union européenne en 2020.

Janvier 2020

Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé l’année 2019 en force, l’indice MSCI Monde, tous les pays, franchissant de nouveaux sommets historiques. L’indice S&P 500 a dépassé la barre des 3 200 points, en plus d’enregistrer sa plus forte progression annuelle depuis 2013, alors que l’indice TSX a aussi inscrit son meilleur rendement sur un an depuis 2009. À l’étranger, les actions internationales ont affiché d’excellents gains. L’indice MSCI des actions des marchés émergents a dominé et annulé la presque totalité des pertes inscrites depuis 2018. Les actifs à risque ont tiré parti des avancées réalisées dans le cadre des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine et des commentaires accommodants de la Réserve fédérale.

La pente de la courbe des taux des bons du Trésor américain s’est pentifiée en décembre. L’écart entre les taux à 10 et 2 ans a atteint un sommet de plus d’un an. Le segment à long terme a affiché la plus forte hausse, l’embellie des perspectives de croissance ayant entraîné une révision à la hausse des prévisions d’inflation. En effet, le taux à 10 ans a gagné 14 p.c., à 1,92 %, alors que le segment à court terme a essentiellement fait du surplace en raison des attentes du statu quo par la Réserve fédérale en 2020. Parallèlement, selon les mesures du marché, les indicateurs d’inflation américaine ont atteint leur plus haut depuis juillet, le taux d’équilibre de l’inflation à 10 ans culminant à un sommet de 5 ans, à 1,79 %.

Après avoir maintenu une tendance haussière pendant la majorité de 2019, le dollar américain a perdu son élan en décembre, l’apaisement des craintes entourant le commerce et la politique ayant réduit l’attrait du billet vert. La livre sterling fait partie des grands gagnants du mois, en raison des attentes de succès dans les négociations du Brexit. Quant à l’euro, il a bénéficié du récent rebond des taux des bunds allemands. Le dollar canadien a été avantagé par l’approbation de la nouvelle version de l’AEUMC, les nouvelles mesures budgétaires et la flambée des prix du brut. Dans ce contexte, le huard s’est hissé à son plus haut octobre 2018. 

L’optimisme renouvelé à l’égard des relations commerciales sino-américaines et le risque réduit d’un Brexit sans entente ont contribué à dissiper les craintes concernant la croissance économique mondiale et à retirer deux obstacles importants à la hausse des prix des matières premières. L’or a grimpé à son plus haut en trois mois sous l’effet du repli du billet vert. La progression des prix du brut au-dessus de la barre des 60 $ le baril est attribuable à la probabilité accrued’une trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine, ainsi qu’à l’entente intervenue entre les membres et alliés de l’OPEP visant à réduire davantage leur production en 2020. Le cuivre a aussi gagné de la valeur, puisque la dynamique des négociations commerciales sino-américaines a embelli les perspectives de la croissance mondiale et de la demande de cuivre. Les nouvelles mesures de stimulation annoncées par la Banque populaire de Chine ont également favorisé ses perspectives en 2020.