T’as trouvé un ami: Jerome Powell obtient un certain support de la Banque du Canada

La semaine dernière, la Banque du Canada a annoncé, sans surprise, qu’elle gardait sa politique de taux d’intérêt inchangée. La journée suivante, le sous-gouverneur à la Banque du Canada Lawrence Schembri a donné un discours intitulé « L’économie canadienne est résiliente malgré l'assombrissement des perspectives mondiales ». C’était assez inhabituel pour un sous-gouverneur de donner un discours si tôt après une décision de taux d’intérêt, donc le marché lui a accordé une attention particulière. En premier lieu, les observations usuelles ont été faites: l’économie canadienne montre un faible taux de chômage et un solide marché immobilier, la guerre tarifaire, etc.

Mais, par la suite, trois intéressantes phrases ont été soulevées : « La Banque du Canada continuera à mener sa politique monétaire en fonction de son contexte propre. Nos décisions resteront fondées sur notre cadre de politique monétaire, c’est-à-dire que nous fixerons les taux d’intérêt de façon à atteindre notre cible d’inflation, en tenant compte des implications pour les vulnérabilités financières. Le taux directeur actuel de 1.75%, qui est inférieur de 50 points de base à celui des États-Unis, continue de soutenir l’économie. »

 

Cela nous dit que la Banque du Canada ne suivra pas les autres banques centrales juste parce qu’elles coupent leurs taux d’intérêt. Elle réitère qu’elle va suivre ses propres indicateurs et va agir seulement si ces indicateurs tournent au rouge; mais en ce moment, ils sont pour la plupart dans le vert. Étant donné que le marché anticipait plusieurs baisses de taux avant le discours, un ajustement était de mise et nous avons maintenant qu’une seule baisse d’anticipée. Ceci est un signal fort que, dans la tête de la Banque, les indicateurs de l'économie vont avoir un poids plus important dans les décisions monétaires que l'influence politique. Comme nous savons, le patron de la Réserve Fédérale Jerome Powell a des ennuis avec l'influence politique depuis un certain temps… Sa dernière annonce, qui était plus « hawkish » que le marché aurait espéré, a soulevé son lot de critiques, notamment de la part de Donald Trump. Maintenant que nous attendons la prochaine annonce de la Réserve Fédérale la semaine prochaine, nous pensons que M. Powell peut mieux dormir, sachant qu’au moins il a un ami au nord de la frontière.

 Jean-Guy Mérette

 Vice-président et gestionnaire de portefeuille
 Gestion active et stratégique revenu fixe

 

The website encountered an unexpected error. Please try again later.