Mise au point pour le marché des repos

Au cours des derniers jours, une partie du système financier, qui est habituellement sous le radar, a fait la Une des journaux. Le taux de financement un jour, ou les taux « repo » communément appelé en anglais, a grimpé de plus de 600 points de base jusqu’à un haut intra-journalier de 8.75%. Le taux repo suit normalement de très près le taux des fonds, qui était de 2% à 2,25% à ce moment, de sorte qu’un saut de cette ampleur est pour le moins inhabituel. Lorsque les taux repo ont augmenté comme ils l’ont fait mardi, c’est en raison du manque de liquidité disponible à prêter. Les analystes expliquent cette pénurie de liquidité part une combinaison de deux éléments : les entreprises ont dû retirer de l’argent pour payer leurs factures d’impôts et les investisseurs institutionnels ont dû payer les 78 milliards de dollars de bons du Trésor qu’ils avaient achetés la semaine dernière. 

Secure Overnight Financing Rate

 

Le marché repo met en correspondance les banques qui ont besoin d’encaisse à court terme et celles qui ont de l’argent à prêter à court terme afin de générer des intérêts. On pourrait illustrer ces transactions interbancaires comme étant les engrenages du moteur financier américain. Elles ont un impact majeur sur les coûts d’emprunt à long terme. Cela dit, le moteur et ses engrenages ont besoin d’une mise au point de temps à autre.

C’est à ce moment que le mécanicien entre en jeu. Pour apaiser les marchés instables, la Réserve Fédérale a injecté 53 milliards de dollars dans le système mardi et a annoncé la même chose mercredi pour 75 milliards de dollars supplémentaires. Presqu’immédiatement après l’annonce, les taux repo sont revenus à des niveaux normaux. Essentiellement, le mécanicien est intervenu en ajoutant un peu d’huile à engrenages pour s’assurer que le moteur financier américain continue de bien fonctionner.

Si cette opération semble familière à ceux qui ont survécu à la crise financière, c’est parce que la dernière que la Réserve Fédérale a dû intervenir c’était en 2008. Par contre, les facteurs causant le resserrement des liquidités à l’époque étaient totalement différents (les gens craignaient que les banques fassent faillite, créant l’effondrement du système financier mondiale). Selon toute vraisemblance, les fluctuations importantes des taux repo sont pour le moment dans le rétroviseur. La Réserve Fédérale et les autres acteurs impliqués dans le processus veillerons à ce que cela reste ainsi. Rien de mieux pour alarmer les investisseurs que du chaos dans un marché aussi énorme et crucial que celui des repo, donc espérons que la dernière mise au point par la Réserve Fédérale permettra au moteur de fonctionner pour encore quelques années.

 Jean-Guy Mérette

 Vice-président et gestionnaire de portefeuille
 Gestion active et stratégique revenu fixe

 

The website encountered an unexpected error. Please try again later.