L'histoire à succès du budget québécois

Le gouvernement du Québec à la plus grosse dette provinciale du Canada. En 2013, elle a atteint un sommet de 54% du PIB de la province, comparé à 45% en Ontario et 39% en Nouvelle-Écosse. Ses obligations ont toujours transigé à escompte par rapports à celles de l’Ontario, de 8 à 50 points de base dépendamment de l’environnement politique.

Mais la loi sur l’équilibre budgétaire (passée en 1996) a apporté des changements majeurs dans la façon de gérer le budget. Son but était de minimiser le déficit à l’exception de trois situations particulières:

1- Une catastrophe qui impacterait les revenus et les dépenses du gouvernement.

2- Une crise économique

3- Un changement dans les transferts fiscaux du gouvernement fédéral

Cela a eu un impact positif, car le gouvernement du Québec a généré quelques surplus pendant cette période. Mais le plus gros impact fût la création des Fonds de Génération qui avait pour but d’accumuler des fonds pour payer la dette provinciale. L’objectif était que le fonds atteigne 21 milliards de dollars en 2024. De plus, dans les 5 à 7 dernières années, le gouvernement a imposé quelques mesures d’austérité avec l’idée de créer des surplus dans le budget et réduire la dette totale de 45% du PIB, un objectif qui devrait être atteint en 2020-21, 5 ans plus tôt!
 

 

Les récompenses de ses efforts ont été une amélioration de la côte de crédit et une chute spectaculaire des écarts de taux d’intérêt sur ses obligations. Maintenant les taux obligataires du Québec sont plus bas que ceux de l’Ontario, démontrant une vraie histoire à succès pour le budget du Québec.

 

Jean-Guy Mérette

 Vice président et gestionnaire de portefeuille
 Gestion active et stratégique revenu fixe